Newsletter n°7

Gardons le lien même à distance!

Pendant le confinement, recevez toutes les semaines la newsletter de la paroisse. Pour vous y abonner, cliquer ici.

Certains lecteurs ne sont peut être pas à l’aise avec le format  “à tiroir” du mail.
Retrouvez ici l'ensemble des articles partagés dans cette newsletter.

Aujourd’hui soyons toute écoute et ouvrons notre cœur

Commentaire proposé par Soeur Annick Nous arrivons au 5ème dimanche de Pâques et nous cheminons avec Jésus et ses disciples. « Nous aussi, ses disciples, aujourd’hui soyons toute écoute et ouvrons notre cœur » Les lectures de ce dimanche se succèdent, elles veulent ouvrir notre intelligence et notre cœur à la compréhension du mystère de notre foi. Regardons-les en inversant l’ordre en commençant par :

L’évangile

Jean 14, 1-12
Le Christ Jésus prépare ses disciples à son départ avant de souffrir la passion. Ils en sont bouleversés mais il les rassure. « Je vais vous préparer une place ».
« Que votre cœur ne soit pas bouleversé : vous croyez en Dieu, croyez aussi en moi. Dans la maison de mon Père, il y a de nombreuses demeures ; sinon vous aurais-je dit : « Je pars vous préparer une place » … je reviendrai et je vous emmènerai auprès de moi, afin que là où je suis, vous soyez vous aussi. Pour aller où je vais, vous savez le chemin ».
Les disciples sont bouleversés et leurs questions révèlent leur désarroi, Thomas désemparé questionne : « Seigneur, nous ne savons pas où tu vas. Comment pourrions-nous savoir le chemin ? Jésus lui répond : « Moi, je suis le Chemin, la Vérité et la Vie ; personne ne va vers le Père sans passer par moi. Puisque vous me connaissez, vous connaîtrez aussi mon Père ». C’est au tour de Philippe de questionner Jésus : «Seigneur, montre-nous le Père, cela nous suffit »
Jésus, à son tour, est désemparé, déconcerté, lui qui a vécu un long compagnonnage avec ses disciples, leur a expliqué beaucoup de choses « les prenant à part … leur ayant déjà posé la question : pour vous qui suis-je ? » il leur a fait comprendre au fil des jours, quelle était sa mission et qu’il devrait souffrir : 
« Voici que nous montons à Jérusalem et que va s’accomplir tout ce que les prophètes ont écrit au sujet du Fils de l’homme, il sera livré aux grands prêtres et aux scribes ; ils le condamneront à mort et le troisième jour, il ressuscitera ». Mais eux n’y comprirent rien. Cette parole demeurait voilée et ils ne savaient pas ce que Jésus voulait dire.
Cependant Jésus fait œuvre de patience, il veut ouvrir leur cœur à la compréhension de ce moment ultime et reprends le dialogue : « Il y a si longtemps que je suis avec vous, et tu ne me connais pas, Philippe ! Celui qui m’a vu a vu le Père … tu ne crois donc pas que je suis dans le Père et que le Père est en moi ! …si vous ne me croyez pas, croyez du moins à cause des œuvres elles-mêmes … celui qui croit en moi fera les œuvres que je fais. Il en fera même de plus grandes, parce que je pars vers le Père ».
Il le confirmera en disant : « Vous allez recevoir une puissance, celle de l’Esprit Saint qui viendra sur vous, vous serez alors mes témoins à Jérusalem, dans toute la Judée et la Samarie et jusqu’aux extrémités de la terre » C’était avant de quitter la terre, juste avant l’Ascension.
 À la suite des disciples, nous pouvons aussi nous interroger :
« Quelle est notre compréhension profonde du sens de cet Évangile et des Écritures où Jésus nous révèle qui il est ; où il va ; ce qu’il nous confie. Quelle est notre mission à sa suite et où nous conduit-elle ? Dans ce moment inattendu et bouleversant…  Que devons-nous faire ? Que devons-nous être ?
Jésus nous fait une confiance incroyable, nous confiant de continuer son œuvre et de la compléter au quotidien de nos jours, là où nous sommes, quel que soit notre situation, il compte sur nous, nous assurant qu’il fait route avec nous et ne nous abandonne pas.

Quelques pistes pour prier avec les textes

Du livre des Actes des Apôtres

  • « Il n’est pas bon que nous délaissions la parole de Dieu pour servir aux tables. Cherchez plutôt … des hommes qui soient estimés de tous, remplis d’Esprit Saint et de sagesse et nous les établirons dans cette charge »
Rendons grâce pour tous les ministères exercés dans l’Eglise et dans le peuple de Dieu. Nous prions pour tous ceux qui exercent au plus près des malades atteints du Covid-19 et pour tous ceux qui le font de bien des manières, manifestant une solidarité concrète.

De la première Lettre de St Pierre apôtre

  • «Vous aussi, comme pierres vivantes, entrez dans la demeure spirituelle, pour devenir le sacerdoce saint et présenter des sacrifices spirituels, agréables à Dieu, par Jésus-Christ ».
Comme pierres vivantes, que pouvons-nous investir dans la vie spirituelle, humaine et sociale, soyons créatifs et nous le voyons en cette période particulière, chacun peut apporter sa pierre dans la construction d’une communauté au sens large. Demandons à l’Esprit de Jésus d’inspirer notre cœur et notre intelligence.
  • Les périodes de privation sont des périodes de maturation et de révélation, de conversion ou de refondation (J.P. Denis)
Laissons l’Esprit de Jésus ressuscité nous éclairer, qu’il inspire nos paroles et nos actes pour annoncer combien il nous aime, combien chacun de ses frères a du prix à ses yeux.

Je termine par un chant

  • Peuple choisi pour annoncer une espérance. 
       Montre ton Christ : il t’a chargé de sa présence.
  • Peuple choisi pour témoigner de l’Evangile.  

 Laisse sa vie te ranimer aux sources vives.

  • Peuple choisi pour l’unité de tous tes frères. 

Ouvre tes bras et reconnais les dons du Père.

À méditer

“Celui qui nous conduit, c’est le Dieu saint, Jésus Parole de Dieu ; guide de l’humanité entière :  dans son amour, Dieu nous conduit.” St Clément d’Alexandrie (150-215)

Pour les plus petits

Retrouvez sur le site https://www.theobule.org 3 videos pour aider les plus petits à découvrir la parole de Dieu.

En ce mois de mai, prions avec Marie

Marie tient une place singulière dans l’Église. Des millions de croyants vouent un attachement filial à cette figure féminine, perçue comme plus proche, plus douce et consolatrice que celle d'un Dieu, fût-il tendre et attentionné.  Marie est celle qui protège, guide, apaise…. Qui est-elle vraiment pour les catholiques ? Marie est avant tout une femme qui, parce qu'elle a répondu la première à l'amour total de Dieu, nous guide à faire de même. Figure discrète et silencieuse de l’Évangile, Marie est aussi celle qui conduit à Jésus, apprend à le prier, à entrer peu à peu dans son intimité et à l'aimer. Au cours des siècles, l’Église catholique s'est interrogée sur la place que devait occuper la mère de Jésus dans la vie des croyants. S'appuyant sur les textes des évangiles et la prière des fidèles, elle a donné à Marie un statut et un rôle qui ont pu varier mais qu'il ne faut ni exagérer, ni à l'inverse minimiser ! Marie est appelée Mère de Dieu, mais elle n'est pas une déesse.

La Vierge Marie dans le christianisme

Marie, la mère de Jésus, occupe une place à part dans le christianisme. Les quatre évangélistes s'accordent à l'impliquer dans leur récit de la vie de Jésus. Par dessus tout, elle fait l'objet d'un culte particulier, extrêmement populaire, dont les origines remontent avant le IVe siècle. Depuis l'origine les chrétiens déclarent que Marie a enfanté en étant vierge, selon la prophétie d'Isaïe (7,14): "Voici, la vierge est enceinte, elle va enfanter un fils et on lui donnera le nom d'Emmanuel”. La virginité de Marie constitue le signe que Jésus est bien le Messie. Depuis le Concile d'Ephèse en 431, Marie est appelée "Mère de Dieu". Si Marie, mère de Jésus est bien la Mère de Dieu, alors Jésus est Dieu. Les évangiles nous retracent son omniprésence dans la vie de Jésus : l'Annonciation, annonce de la naissance de Jésus par un ange, la Visitation, sa visite à sa cousine Elisabeth, la Nativité, la naissance de Jésus, la fuite en Egypte, la Présentation de Jésus au Temple, les noces de Cana, sa déploration (douleur au pied de la Croix), sa dormition (sa mort), et enfin son assomption.

Les épisodes de la vie de Marie

  • La Nativité de la Vierge, le bonheur d'une naissance longtemps attendue,
  • L’Annonciation, à l'écoute du message de l'ange,
  • La Visitation, la confiance dans le message divin,
  • La Nativité de Jésus, Dieu habite parmi nous,
  • L’Adoration des mages, venus des confins, ils adorent le Messie,
  • La fuite en Egypte, le roi Hérode veut faire périr Jésus,
  • La Présentation, reconnaître l'Enfant comme le Messie,
  • La Sainte Famille, une tendresse inquiète du futur,
  • Les noces de Cana, à l'écoute des besoins humains,
  • Au pied de la Croix, toute la douleur d'une mère,
  • La Déploration, la mère de toutes nos douleurs,
  • La Pentecôte, l'Esprit Saint descend sur l'Eglise,
  • La Dormition, le grand sommeil,
  • L’Assomption, Marie accueillie par Dieu,
  • Le Couronnement de la Vierge, la glorification de Marie.
"Plus que prier Marie, nous prions avec Marie. La meilleure vénération de Marie est en effet, selon le Concile Vatican II, «l’imitation de ses vertus» (Lumen Gentium § 67) : vertus de foi, d’espérance et de charité. À l’école de Marie, « femme eucharistique » selon Jean-Paul II, nous redécouvrons l’accueil du don de Dieu, et la louange." Textes rassemblés par Marie-Dominique Fenal et Blandine Dahéron Source : extraits du livret Reconnaître la Vierge Marie dans l’Art (édition Narthex et le Pèlerin) et du site Croire.com

Avec le chapelet, prier Dieu par l’intercession de Marie.

Les services continuent de fonctionner pendant le confinement… Avec le chapelet, prier Dieu par l'intercession de Marie.  Ariane Blanche et un petit groupe de paroissiens se réunissaient chaque jeudi à 18h30 pour prier le chapelet. Depuis mi-mars, chacun prie dans sa maison, en union de coeur avec les autres et la paroisse. Ils nous convient à les rejoindre.
“J’aime ce partage communautaire”, témoignage d’Ariane Blanche
Notre pape François nous invite à prier le chapelet au mois de mai, mois traditionnellement consacré à Marie. Plus que jamais en ces temps compliqués, prenons le temps, en union de prières, de suivre les conseils de notre pape. Saint Louis-Marie Grignon de Montfort ne disait-il pas : "le chapelet est l'arme la plus puissante pour toucher le cœur de Jésus, notre rédempteur, qui aime tellement Sa Mère". Par la prière du chapelet, nous invoquons le secours de la Mère de Dieu, en méditant, sous sa conduite, les cinq passages de la vie du Christ et les mystères lumineux institués par notre pape Saint Jean-Paul II. Marie fut associée de manière unique à l'Incarnation, à la Passion et à la Résurrection du Fils de Dieu. Nous nous mettons dans la même attitude que Marie qui méditait et conservait dans son cœur les évènements de la vie de son Fils. Pour Guillaume de Menthière, professeur de théologie aux Bernardins : "le chapelet est fait pour porter sur le Christ le regard plein d'amour de la Vierge Marie. C'est à l'école de Marie que l'on entre le mieux dans le Mystère du Christ." Ainsi, chaque jeudi, avec quelques paroissiens, nous nous retrouvons devant l'autel de la Vierge Marie à l’église Sainte-Anne, pour, ensemble, offrir du temps à Dieu, lui confier nos intentions, le remercier, travailler notre cœur et cultiver notre vie spirituelle. Par l'intercession de Marie, nous nous mettons, en toute confiance, entre les mains du Seigneur. Personnellement, j’aime beaucoup cette communion entre nous et ce partage communautaire d’une demi-heure. Les jours où je suis découragée ou fatiguée, je me force à y aller parce que je me suis engagée et que je retrouve les autres. Je peux y aller avec des pieds de plomb et ressortir avec des ailes ! Notre petite équipe vous invite à la rejoindre de chez vous, tous les jeudis à 18h30. Elle portera tout particulièrement vos intentions dans sa prière. Ariane Blanche

Un des couples piliers de la paroisse et des jeunes enfants racontent leur vécu !

Témoignages croisés de générations Odile et Bernard Petit, paroissiens engagés sur la paroisse depuis des années, et des enfants, Théoline, Jeanne et Ambroise Dumoulin, ont accepté de nous partager les joies et les peines de leur confinement.

Odile et Bernard Petit « Nous croyons en la communion des saints »

  « En raison du confinement et du manque de contacts avec l’extérieur, nous avons été tout de suite très sensibles et intéressés par toutes les initiatives qui nous ont rejoints. Reçue à la veille de la Semaine Sainte, la lettre de la paroisse nous a particulièrement soutenus et nous nous sommes sentis reliés à la communauté paroissiale. Lors de notre dernière rencontre avec les confirmands, le Père Gilles et nous-même avions lu, analysé et partagé plusieurs textes importants de la Semaine Sainte. Nous espérons que les confirmands auront été heureux de retrouver ces textes commentés par nos prêtres dans la lettre paroissiale.  Nous avons été heureux d’y retrouver les événements paroissiaux et avons conseillé aux futurs confirmés de s’inscrire pour recevoir cette lettre.
Un manque de contact physique bien pénalisant
Merci à tous ceux qui nous aident à méditer les évangiles du dimanche, car nous avons dû stopper les rencontres hebdomadaires de notre “équipe fraternelle de foi". Au début, nous avons passé quelques appels au sein de l’équipe, puis, absorbés par les problèmes de ravitaillement et d’organisation de notre confinement, nous n’avons pas poursuivi. Nous appelons régulièrement nos enfants, petits-enfants et nos amis isolés. Les seuls contacts maintenus avec la paroisse se résument à la lettre paroissiale, quelques contacts avec les confirmands et nos prêtres.
La prière nous permet de bien commencer notre journée
Au départ, nous avons eu quelques difficultés à harmoniser nos réactions et à ajuster nos ressentis respectifs pour faire face à la menace de pandémie : par exemple, nous n’avions pas le même désir pour sortir ou non de notre appartement. Nous avons apprécié les propositions d’aide du pôle “Solidarité”, qui ont bien complété le soutien de nos voisins. Le manque de contact physique est quand même bien pénalisant.  Les livrets envoyés par “Prions en église” pour le carême nous ont aussi beaucoup aidés. Grâce au service du catéchuménat, nous avons découvert une initiative du diocèse du Var,  sur la chaîne Youtube, intitulée “La Traversée” : chaque matin, cette causerie nous permet de bien commencer notre journée. Chaque causerie est complétée par une prière et un chant adaptés. Nous commençons notre prière du matin par cette écoute et cela est une source d’échange entre nous et de soutien spirituel. Les offices de la semaine Sainte et les messes de dimanche (sur KTO ou France 2) ont aussi beaucoup alimenté notre vie spirituelle. Nous nous y sommes sentis en relation avec notre communauté paroissiale, vivant concrètement alors le “Je crois à la communion des saints”. Dans l’espérance de lire à nouveau l’enseignement de nos pasteurs, ainsi va notre vie de confinés. Un grand merci pour ce que vous faites.  Odile et Bernard Petit

Théoline, Jeanne et Ambroise Dumoulin  nous confient ce qu’il vivent pendant le confinement

Théoline, 11 ans

Comment vis-tu ce confinement ? Qu’est-ce qui te plaît et qu’est ce qui est plus dur ? “Ce confinement me permet de passer beaucoup plus de temps avec ma famille, ce que j’aime beaucoup ! Je ne vais plus au collège, cela me permet de me lever plus tard le matin, et surtout de m’organiser toute seule comme je veux dans mon travail. Cela me demande d’être plus autonome car mes parents travaillent tous les deux. Je regrette de ne pas voir mes amies « en vrai », mais elles ne me manquent pas trop, car je les appelle en visio tous les jours. Ce qui est difficile pendant cette période, c’est que je dois trouver des occupations pour mon petit frère de 4 ans pendant que les parents travaillent. Mais il y a surtout de très bons moments, comme lorsque nous avons, ma sœur et moi, transformé nos chambres en différents pays pour pouvoir faire un voyage en famille.” As-tu découvert quelque chose sur toi pendant ce confinement ? “J’ai découvert que j’aimais bien cuisiner, essayer des recettes et que j’y arrivais toute seule.” Être une chrétienne confinée, ça te fait quoi ? “Ce n’est pas facile, parce que je trouve ça difficile de suivre la messe à la télé. Je ne vais pas pouvoir faire ma Profession de Foi cette année et la retraite de préparation à Tressaint a été annulée. Mais j’ai beaucoup aimé la veillée pascale devant la télé. On avait éteint les lumières et pris des cierges, c’était beau.” Si tu avais une prière à faire à Jésus, tu dirais quoi ? “Je prie Jésus pour les gens qui sont tout seuls chez eux, pour les familles qui n’ont pas de jardin, et pour les gens qui sont malades.”

Jeanne, 8 ans 

“Ce que je n’aime pas dans cette période c’est que je ne peux pas voir mes amies. (même si on se téléphone beaucoup en visio). Ce que j’aime, c’est que je sais que mes parents sont toujours tout près !”

Ambroise, 4 ans

“Moi je n’aime pas le « Corodavirus » parce que je ne peux pas aller chez Octave, Gabin et Célestin et je ne peux pas aller à l’école.”

Que devient la quête en cette période de confinement ?

En cette période, il est offert aux catholiques de participer au geste liturgique de la quête en versant leur offrande de deux manières :
  • soit en envoyant un chèque à la paroisse Ste Anne St Clair.
  • soit grâce à une plateforme temporaire de collecte en ligne. Les montants versés sur cette plateforme nationale, rapide et sécurisée, seront intégralement reversés aux diocèses qui, eux-mêmes, les reverseront aux paroisses. L'adresse du site est la suivante: http://donner.catholique.fr/
La vie matérielle de notre paroisse, et de notre diocèse est assurée par les « seuls » dons des fidèles heureusement généreux. Il n’y a pas de subventions de l’Etat, ni du Vatican ! La quête est anonyme et n’ouvre pas droit à reçu fiscal.

Sens spirituel de la quête

Au-delà de l’indispensable solidarité matérielle, la quête a aussi, par sa place dans la liturgie, une forte dimension spirituelle. A l’offertoire, nous apportons au Seigneur notre travail de la semaine, toute notre vie, tout ce qu’on a vécu. C’est le sens liturgique de la quête. La quête n’est pas d’abord une solidarité chrétienne ; c’est d’abord la dignité de pouvoir offrir quelque chose de soi à Dieu. On lui offre un peu de nous-mêmes. Et notre travail va être déposé sur l’autel, en même temps que le pain et le vin. Le pain et le sang consacrés s’unissent à notre offrande pour que Jésus puisse se rendre présent dans l’Eucharistie. Notre petite aumône nous rappelle la grande aumône que le Christ nous fait par le don de sa vie dans le sacrifice eucharistique qui est le sacrifice de la croix. Elle nous rappelle aussi que l’on n’est jamais à la messe en simple spectateur. Le don que le fidèle met dans la corbeille manifeste en partie l’offrande qu’il fait de lui-même à Dieu

A quoi sert la quête ?

Ce que vous donnez est affecté le plus souvent aux besoins de la paroisse. Ils sont nombreux :
  • Les dépenses courantes de fonctionnement : électricité, eau, chauffage (locaux et églises), produits d’entretien...
  • Les dépenses spécifiques, entretien du matériel nécessaire aux célébrations (sono, bougies, instruments musicaux, bancs, matériel liturgique comme les hosties, aubes, etc...)
  • Salaires des employés de la paroisse
La quête est parfois affectée aux services diocésains par le moyen des cotisations versées (service de catéchèse, service de formation, communication...). Par exemple, dans le diocèse de Nantes, la quête de Pâques est destinée à la formation des futurs prêtres de notre diocèse. Elle est aussi affectée aux salaires des employés du diocèse (comme les LEME, les Aumôniers d’hôpitaux, de prisons...) Et parfois elle est faite pour les besoins de l’église universelle ou d’autres causes : œuvres caritatives, missionnaires, éducatives.... C’est ainsi que grâce à votre don, l’Eglise reçoit les moyens de sa mission. La quête est, avec le Denier de l’Eglise, le casuel (offrandes données lors des baptêmes, mariages, obsèques, …) et les offrandes des messes, l’une des ressources de la paroisse importantes de la paroisse et du diocèse. L'équipe du conseil économique

Prions en paroisse – Semaine du 9 mai

Prions ensemble pour les intentions de messe et les défunts de la paroisse, nos intentions personnelles, notre communauté paroissiale et pour le monde.

Prière universelle

"La parole de Dieu était féconde, le nombre des disciples se multipliait fortement" Lecture du livre des Actes des Apôtres (AC 6, 1-7) En ces temps où nous ne pouvons vivre notre foi en nous retrouvant en communauté, donne-nous la force Seigneur, de nous attacher et de rester attentif à la parole de Dieu. "Bien aimés, vous aussi, comme pierres vivantes, entrez dans la construction de la demeure spirituelle." Lecture de la première lettre de Saint Pierre Apôtre (1P2,4-9) Aide ton Eglise, Seigneur, à prendre toute sa place dans la recherche de nouveaux équilibres. Qu’elle contribue à l’ouverture d’un chemin vers davantage de respect de notre maison-monde, vers moins d’excès dans nos modes de consommation et de production. "Puisque vous me connaissez, vous connaîtrez aussi le Père." Évangile de Jésus-Christ selon Saint Jean (Jn 14, 1-12) Seigneur, nous te prions pour les enfants et les jeunes de notre Communauté, qui devaient recevoir un Sacrement ce printemps. Que grandissent leur soif de Te connaître toujours mieux et leur désir de recevoir Ton Esprit. Action de grâce "Que vos cœurs ne soient pas bouleversés. (…) Je suis le Chemin, la Vérité, et la Vie." Évangile de Jésus-Christ selon Saint Jean Seigneur, notre avenir nous semble bien incertain et de nombreuses questions nous assaillent. Merci car Tu es le Chemin, la Vérité, la Vie. Tu donnes l’Espérance, en ta Source nous pouvons puiser notre élan de Vie. Merci, Seigneur.

Intentions de prière personnelles

Seigneur, nous confions dans notre prière cette semaine :
  • Nathalie, aide-soignante au CHU, discrète témoin du Christ, portée par sa vie de foi en cette période de crise sanitaire,
  • Sandra infirmière épuisée moralement,
  • Nathalie atteinte du Covid 19,
  • Bernard atteint et en réanimation,
  • Claire en sortie de coma,
  • Jacques né cette semaine,
  • Bernadette en souffrance psychologique accentuée par le confinement
  • Adrien, Yann et tous les jeunes en souffrance psychologique qui se droguent.Nous te confions également leurs parents.

Carnet paroissial

Ont rejoint la maison du Père cette semaine
  • 6 Mai : Mme Georgette CHATELLIER, 92 ans, Ste Anne
  • 7 Mai : Mr François ROTHUREAU, 95 ans, Ste anne
  • 7 Mai : Mme Jacqueline SCIESZKA, 93 ans, St Clair
  • 9 Mai : Mme Annie CARNAC, 95 ans, Ste Anne

Intention de messe

Pour les messes du 9 au 15 mai
  • Dimanche 10, Famille PARFAIT-ROBIN-ROLLAND
  • Mardi 12, Simon PERROCHEAU
  • Vendredi 15, Jean LUSSEAU et sa famille