« Tout quitter pour te suivre »

De retour d’une mission d’environ un an (entre octobre 2017 et décembre 2019) en Thaïlande avec l’association « Points- Coeur », Pauline Gemelli, jeune paroissienne, relit son expérience.

« Tout quitter pour te suivre » : cette parole résonne depuis longtemps dans ma tête et m’a poussée à prendre une décision radicale. Partir de chez moi, sortir de ma zone de confort pour vivre une expérience de transcendance auprès des autres.

L’association « Points-coeur » s’est présentée à moi comme une évidence. Ce qui m’a plu dans cette association, ce sont les trois piliers qui composent sa vie quotidienne : le service auprès des plus petits, la vie de communauté et la vie de prière. J’ai donc été envoyée en Thaïlande à Bangkok dans une petite maison, au cœur d’une sorte de bidonville qu’on appelle un « slum », le slum Khlong Toei.

J’habitais avec cinq autres filles venues de monde entier. Pas facile de tout réapprendre comme un enfant : la culture, les gens, la langue, la nourriture, la chaleur, la posture du corps à adopter, les traditions. Nous étions plongées dans un pays de culture bouddhiste à 99 %. Chaque jour, nous visitions les amis du quartier, ou bien ils venaient chez nous. Cette maison se voulait accueillante à chaque personne qui recherchait une oreille attentive. Pour moi, la présence de cette petite maison dans ce quartier était comme le visage du Christ. Nous ne parlions pas de Dieu, mais nous essayions de vivre de telle sorte que les gens puissent le voir et le connaître.

Tous les jours, nous vivions des temps de prière tels que la messe, le chapelet et l’adoration. Ce furent des moments privilégiés, où nous confiions au Seigneur notamment nos amis du quartier. Pop et Poun, deux enfants à la rue, que nous avions confiés dans la prière, sont désormais accueillis dans un centre. Nous avons aussi rendu visite à une grand-mère isolée, pour lui faire un petit brin de toilette, un peu de ménage et lui tenir compagnie… Notre mission est d’être là, physiquement et par la prière. J’ai découvert un trésor : le pouvoir de la prière et la communion des saints.

Pauline, une paroissienne>/em>